Parti socialisteParti Socialiste EuropéenLes Jeunes SocialistesLa coopol

Christiane Mariette, un portrait ludique

22-01-2011

mon abécédaire

A.

Avignon. J’y ai vécu étant jeune. J’y ai aussi fait mes débuts dans l’univers des radios libres à l’occasion du Festival. Une expérience que j’ai ensuite poursuivie en Béarn.

B
Comme Béarn.
Une provençale en Béarn ! J’ai eu mon premier poste comme professeur
titulaire à Orthez. Et je n’ai plus quitté cette terre depuis ce jour-là. Je partage avec André, mon époux, son attachement pour la langue béarnaise.

C
Conviction.
Je me suis toujours sentie de gauche. Je pense que c’est de là qu’on peut arriver à changer les choses. Et je suis d’ailleurs persuadée qu’il y a une différence fondamentale entre la gauche et la droite, quoique certains disent …

Mais aussi C comme Conseiller général. Ils sont menacés aujourd’hui. Leur mission me semble pourtant chaque jour plus indispensable, surtout en zone rurale et auprès des personnes les plus fragiles. Ils sont aussi une garantie qu’aucune partie du territoire n’est abandonnée.

D
Développement du territoire.
C’est particulièrement important pour notre canton, qui doit être équipé des infrastructures nécessaires à son développement économique. Un des enjeux : la Pau-Oloron. J’y suis favorable, si le projet est élaboré en concertation avec les gens concernés et non pas imposé sans tenir compte de l’avis de la population.

E
Education.
J’ai consacré une grande partie de ma vie professionnelle à l’enseignement, dans des établissements techniques. Je me vivais pourtant plus comme une éducatrice. Car il m’a vite semblé que dans ces filières une majorité de jeunes a besoin  d’être d’abord socialisée avant de prendre conscience de l’importance et du plaisir d’apprendre.

F
Comme Femmes.
Les femmes en politique. Je suis persuadée que les femmes peuvent
apporter un regard, une sensibilité différente en politique. Je suis attachée à la notion de
parité.

G
Gauche.
Un projet de gauche, c’est un projet qui fait plus de place à la solidarité, à la qualité de l’environnement, à l’insertion des personnes : personnes âgées, handicapées, jeunes …

H
Comme handicap.
Je suis très attachée à la défense de la qualité de vie des personnes
handicapées, y compris pour ce qui est l’accès aux loisirs.

I
Comme Italie.
Mon père était italien, donc maçon et communiste. Et ma mère était issue d’une vieille famille provençale. Elle était couturière. Je tiens de mon père mon désir d’agir pour un monde plus juste.

J
Jeunesse.
Notre société doit à tout prix laisser une place aux jeunes. Et ce sera une des
grandes priorités d’un Conseil général à gauche.

K
Kiboutz.
J’avais 20 ans et j’étais très idéaliste. J’avais envie de voir comment c’était. Je m’y suis engagée pour une durée de six mois.

L
Comme Martine Lignières-Cassou.
C’est avec elle et avec André, mon mari,  que je me suis lancée en politique. C’est elle qui avait insisté pour que je me présente aux cantonales. C’était en 1998.

L comme Lons où j’ai établi mon QG de campagne dans le quartier du Perlic. Un quartier populaire et très vivant qui m’est très cher.

M
Comme André Mariette, mon mari.
C’est lui qui m’a fait connaître l’importance de
l’engagement en politique. Je n’en faisais pas avant de le rencontrer. L’envie de faire bouger les choses ne nous a jamais quittée.

N
Négociation.
En politique, il y a tout un travail de négociation à mener pour que personne ne soit exclu des décisions. C’est une conviction : il faut faire de la politique au plus près des gens.

O
Objectifs.
Ils doivent être à la base de toute action cohérente. En fixer est aujourd’hui
indispensable en politique. Sans objectif, il ne peut y avoir ni cohérence dans l’action, ni
évaluation.

P
Parti socialiste.
C’est dans ce parti que je me sens bien parce que c’est le plus respectueux des différences. J’y ai trouvé la possibilité d’agir de manière libre et responsable.

R
Comme Responsabilité.
Je crois à la responsabilité de l’élu face aux décisions qu’il doit prendre.

S
Siros.
Notre village. Le lieu de combat pour la langue béarnaise. Un patrimoine qu’il faut
absolument préserver et transmettre.

T
Comme le Territoire du canton de Lescar.
Le plus grand du département des Pyrénées-Atlantiques. Il a une particularité, en plus d’être très étendu : il est à la fois très rural et très urbain. On y rencontre donc, comme élue, des problématiques très diverses.

U
Unité.
Le PS forme aujourd’hui, en Béarn et en Pays basque, une équipe solide et unie capable d’amener un changement de majorité au Département et de mettre en place une politique réellement de gauche.

V
Valeurs.
Comme les valeurs qui sous-tendent notre action : solidarité, respect, participation de tous aux décisions qui les concernent.

W
Wapiti.

C’est un mot indien qui désigne un grand cerf d’Amérique du nord et de Sibérie. J’en ai
beaucoup vu lorsque j’étais au Canada.

Y
Yeuse.
Comme le nom provençal du chêne vert. « La colline était couverte de grandes yeuses crépues », Giono. C’est un clin d’œil pour dire ma sensibilité à la préservation du patrimoine et de la nature.

Répondre

Pas de commentaire